mercredi 5 juin 2013

Texte Maçon du 30/05/2013 – Thématique : Justice et Indépendance

Pas facile de trouver une base maçonnique pour parler de la question de l’indépendance. Le franc maçon lui même  est-il dépendant ou indépendant  ? Il fait partie d’une structure,  il dit qu’il lui appartient, est-ce que pour autant il en dépend?  Il y est venu librement, il peut en repartir librement à tout moment.  Mais il n’est pas libre de trahir les engagements qu’il a pris,  ni la parole donnée, le respect des règles auxquelles il a choisi  de se soumettre, les valeurs, les principes de la franc maçonnerie.  Il doit aussi le respect aux lois de la République. La liberté,  ce n’est pas le droit de faire n’importe quoi.


On peut partir  de cette notion de liberté, fondamentale en franc maçonnerie,  elle est le premier mot de la devise Liberté Egalité Fraternité,  qui est la même que celle de la République.  Peut-être que l’indépendance de la justice, c’est la liberté de s’exercer selon ses propres règles.  Pas : des règles qu’elle s’invente au fur et à mesure,  mais : des règles qui ont été élaborées démocratiquement  par un autre pouvoir : le pouvoir législatif, selon le principe  dont on parlait tout à l’heure de séparation entre le législatif, le judiciaire et l’exécutif. Ces règles, c’est le droit, ce sont les lois,  ce  sont les procédures. Et l’indépendance est menacée  chaque fois que s’exercent des pressions pour que ces règles  soient tordues. Pressions pouvant venir de la hiérarchie administrative, du politique, des médias, de l’opinion publique et qui font  que le résultat final est autre chose que de la justice.  Mais l’ennemi n’est pas forcément à l’extérieur.  Dans l’affaire d’Outreau, le fiasco judiciaire n’est pas du  à un manque d’indépendance du juge Burgaud.  C’est en chacun que résident les plus grosses menaces   sur l’indépendance de la justice : les préjugés, les idées toutes faites, la fermeture d’esprit, le fanatisme, etc....


Et c’est bien la question posée par le mur des cons :  est-ce que des juges qui pensent autant de mal de certains justiciables peuvent encore les juger en toute indépendance?   En théorie oui. Personne ne pense du bien d’un pédophile.  Et pourtant au moment de le juger on ne fera que lui appliquer strictement la loi,  dans le respect de ses droits à lui :  la présomption d’innocence et son droit d’être défendu.  Qu’est-ce qui menace le plus l’indépendance de la justice  à travers cette histoire de murs des cons ?  Les préjugés que les juges peuvent avoir, et contre lesquels ils sont habitués à se battre  tous les jours pour rendre la justice.  Ou bien le fait qu’on se soit servi de cette anecdote  pour jeter la suspicion sur l’ensemble des magistrats?  Ou est la pression la plus forte, celle qui va le plus gêner  le travail de l’institution judiciaire ?  La pression interne ou la pression externe ?

Avant d’ouvrir la discussion sur ces questions, un dernier point  sur l’indépendance. Il existe une hiérarchie des instances du droit.   Elle affirme que les tribunaux disent le droit en s’appuyant sur la Loi. Donc la Loi est au dessus du droit. Mais la loi peut être injuste,  voire inique, elle n’est qu’une formulation à un moment donné  d’un problème de justice.  Donc la notion de justice  est au dessus de la notion de loi.  Y’a-til quelque chose au dessus de l‘idéal de Justice?  En théorie non, me semble-t-il.  La loi ne dit que ça : si vous faites ceci, voilà ce qui vous arrivera.  Elle ne dit pas ce qui est bien ou ce qui est mal.  Par exemple, la loi sur le mariage gay, l’enjeu n’est pas  de dire  s’il est bien ou mal pour les homosexuels de se marier, ça les regarde. C’est uniquement dire s’il est juste ou non  qu’ils aient le droit de se marier.  Et chaque fois qu’on fait intervenir dans des questions comme celle-ci, ou dans des questions de justice, des considérations  qui relèvent du bien et du mal, donc de l’appréciation personnelle ou de prétendues lois divines, on exerce une pression qui vise à empêcher les hommes de dire en toute indépendance ce qui leur parait juste ou pas. Et de dire uniquement cela.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire